arkham_city_title

Batman Arkham City (Rocksteady Studios – 2011)

07/11/2011

Batman est de retour sur nos consoles de salon. Suite ambitieuse : plus beau, plus grand, plus riche … attaquons nous au sujet !

Dès les premières minutes, et après un combat de remise en jambes, le ton est donné : sur le toit d’un building de Gotham, la ville s’étend sous nos yeux, sombre et grouillante de détails, la promesse est bien tenue. Le rendu graphique est meilleur que dans l’épisode précédent, on évolue très librement dans une ville peuplée de malfrats, de trophées signés Edward Nigma, et saupoudrée d’une bonne poignée de quêtes annexes.

Notre chauve-souris préférée vient de pénétrer dans Arkham City, un quartier de Gotham City contrôlé par le Docteur Hugo Strange, une prison à ciel ouvert où chaque super-vilain dispose de sa propre armée. On commence d’ailleurs avec un Joker en sale état, mais vivant, malgré les événements de Arkham Asylum. S’en suit l’intervention de la plupart des méchants de l’univers de la série, un effort qui ravira les fans … ou pas.

Car cette gymnastique se fait au prix d’un scénario pas forcément prenant, avec un fin qui fait débat, et où les grandes figures se succèdent tour à tour comme si elles faisaient la queue à la boulangerie du coin. En parlant de visages, le chara-design ne plaira pas à tout le monde, la qualité de celui-ci oscillant entre le pas mal (Joker, Poison Ivy, Robin, Catwoman) et le douteux (Le Pingouin, Thalia, Gueule d’Argile, Le chapelier fou).

Côté gameplay on se retrouve face à un bestiaire identique à celui d’Arkham Asylum. Le système de combat n’a pas franchement évolué et à force de vouloir mettre toujours plus d’ennemies dans une mêlée, on en voit ses limites.
Mais un des grands reproches que l’on fera au jeu, c’est son orientation clairement marketing. Car le côté quêtes annexes et DLC transpire à chaque coin de rue. Certes, on a bien quelques bricoles qui sont correctes comme celles de Deadshot ou Bane mais d’autres sont vraiment sans intérêt : le Chapelier Fou ou Zsasz. Ajoutons à cela un nombre de trophées de l’homme mystère qui frôle le ridicule. Rocksteady a été jusqu’à présenter l’espace de quelques secondes Robin et Catwoman, jouables uniquement via Online Pass (inclus dans le jeu neuf) ou DLC.

Là ou Arkahm Asylum mettait en valeur le respect de la série et l’envie de faire un très bon jeu à licence, Arkham Asylum nous présente l’équipe de Rocksteady sous un nouveau jour. Le jeu est très bon techniquement (malgré quelques chutes de framerate), mais on sent clairement que le soin artistique a été sacrifié sur l’autel nauséabond des nouvelles pratiques marketing que sont le Online Pass et le DLC. SANCTION !

7/10

Étiquettes : , ,

4 Comments

  1. Le Yéti dit :

    Oui… enfin tu es un peu dur, mais oui, tu as raison.

    • RAS dit :

      Je sais bien que je suis dur, mais c’est une accumulation de choses qui gâchent vraiment le plaisir de jeu, malheureusement.

  2. Pogotte dit :

    Assez d’accord sur la note! Le jeu ressemble encore trop au premier épisode !

    • RAS dit :

      Perso j’ai préféré le précédent, y’avait de la consistance, une histoire dans laquelle s’immerger. Là tu enchaines les méchants comme si tu te faisais ta liste de course :/

Leave a Comment