Blacksad4-titre

Blacksad, L’Enfer, le silence (Juan Díaz Canales – 2011)

07/12/2011

Nouvelle-Orléans, Mardi gras durant les années 50, les rues décorées pour l’occasion sont bondées. Par l’intermédiaire de son acolyte Weekly, Blacksad a un nouveau contrat : un producteur de jazz dénommé Faust lui demande de retrouver Sebastian, son pianiste vedette qui a disparu depuis des mois. Une affaire qui s’avérera bien plus tortueuse qu’il n’y parait.

Le duo Canales/Guarnido revient en grande forme.
La narration fragmentée et aux variations de rythme soudaines s’accorde parfaitement avec l’ambiance jazzy qui domine l’œuvre.
Les couleurs chaudes, les décors délabrés mais paisibles, parfois sombres, renforcent cet univers singulier. Le lecteur appréciera la magnifique scène où s’entretiennent Blacksad et le fils de Faust mouchetés par l’ombre des arbres.
Les artistes font aussi de nombreux clins d’oeil à leur carrière passée chez Disney, en particulier avec un coq musicien qui ressemble à s’y méprendre au ménestrel de Robin des Bois.
Grâce à une mise en scène de haute volée et une superbe maitrise des expressions faciales, on se surprend à imaginer les personnages s’animer.

Pour leur quatrième tome, Juan Díaz Canales et Juanjo Guarnido nous offrent de la grande bande dessinée. Un incontournable, évidemment !

Étiquettes : , , , , ,

Leave a Comment