Canabalt (iOS)

04/02/2011

 » Moi c’est Danny, 24 ans. J’adorerai vous parler de mes petits boulots, de mes galères, de ma passion pour tous ces petits gadgets électroniques qui s’entassent sur mon bureau, mais c’est pas vraiment le moment ! ». Le sol tremble, le plafond commence à s’écrouler, le bâtiment s’effondre. Danny cours vers la fenêtre, plonge au travers et attéri en une rolade sur le bâtiment voisin. En ville c’est le chaos ! De la fumée s’échappe de plusieurs buildings et au loin des robots géants se battent. Des bruits d’explosion cernent le jeune garçon. Sans se poser plus de question, notre casse-cou se met à courrir, à bondir de batiments en bâtiments. De nombreux débris jonchent le sol, mais la tension est telle que Danny les esquivent comme si de rien n’était. Un bloc de ciment est de métal attérit juste devant lui. Il l’enjambe et continue. A l’horizon un gigantesque vaisseau spacial surplombe la ville. Notre héro se heurte à une télévision. Il chute, roule, et reprend sa course en un instant. « Reste concentré ! C’est pas le moment d’admirer le paysage ! ». Un immeuble se présente en face de lui. « J’suis abonné au verre aujourd’hui ! ». Danny plonge dans la fenêtre, roule, traverse un couloir et brise une nouvelle vitre de tout son corps. Les gestes deviennent instinctifs, presque naturels. Ses jambes le portent comme si elles n’allaient jamais s’arrêter. Un assourdiassant bruit mécanique se propage sur toute la ville. Au loin, d’autre robots s’affrontent. Le combat est serré. « Je me demande qui v… ». BLAM !!! « Moi, c’était Danny. Et je suis mort en ayant manqué une énième fenêtre, après 10 067m de course. »

Voilà, Canabalt c’est ça ! Un jeu type flash avec un gameplay simple : toucher l’écran pour sauter, pour survivre dans une ville sur le point d’être détruite. Pas d’intro, pas de texte. Juste un personnage d’une dizaine de pixels mais super bien animé. Des décors très schématisés et pourtant suffisament explicites pour provoquer une immersion immédiate chez le joueur. Ajoutez à ça une musique qui colle parfaitement à l’ambiance et vous obtenez peut être le jeu flash le plus efficace de ses dernières années. Alors bien sûr les décors et obstacles sont peu nombreux et apparaissent parfois suffisament tard pour qu’il soit quasiment impossible de les esquiver. Mais cette difficulté rend le jeu d’autant plus crédible.

Canabalt, c’est donc la saveur de ces anciens jeux où tout le monde peu se raconter sa propre histoire, avec les contraintes des jeux flash/iPhone (gameplay simple, parties de 2mn).

Pour la version flash, c’est par ici : http://www.adamatomic.com/canabalt/

8/10

Étiquettes : , , , ,

One Comment

  1. Sympa ce petit jeu et merci de me l’avoir montrer à l’expo !
    Dommage qu’il ne soit pas sur Android 😉

Leave a Comment