dead_space_2-title2

Dead Space 2 (Visceral Games – 2011)

13/05/2011

Seul dans l’espace, personne de vous entendra charcuter !

Visions d’horreur en boucle dans la tête, notre boucher préféré est de retour : Isaac Clarke.
On reprend connaissance on ne sait où, prisonnier d’une camisole de force. A peine le temps de se faire briefer par un aide soignant qu’on est déjà poursuivi par une poignée de néchromorphes toujours aussi énervés. Le temps d’enfiler une tenue plus adéquate et on réalise que l’on se trouve dans l’aile médicale d’une station spatiale en orbite autour de Neptune, La Méduse.

Pour ceux qui ne l’auraient pas encore remarqué, Isaac est le mec qui a la poisse par excellence. Même Nathan Drake ne lui arrive pas à la cheville ! Dans Dead Space premier du nom, il y avait toujours une porte fermée, une coupure de courant ou une autre bonne raison de faire un détour de 3km par une zone infestée de nécromorphes, pour un trajet qui devait prendre 15s montre en main, voire en Moonwalk. Guidé par les instructions radio d’un allié bien au chaud, voilà en quoi consistait 90% du « scénar » du 1er opus.
Pour cette suite, on remet le couvert pour les 2/3 de l’aventure. On tourne en rond régulièrement, et à 3 scènes près, il faudra attendre le chapitre 9 pour voir l’histoire réellement démarrer. Enorme ajout de Dead Space 2, Isaac est maintenant doté d’une voix ! Cette capacité non négligeable permet d’obtenir un scénario plus intéressant, et un personnage (en remplacement d’un pantin) qui devra régulièrement se battre contre sa propre folie.

Le jeu se veut accessible aussi bien aux nouveaux venus (résumé du 1er épisode en vidéo) qu’aux vétérans. Et certains chapitres, ou certaines scènes sont clairement destinées aux joueurs de l’épisode original. L’aventure plus courte est aussi légèrement plus facile.

Côté gameplay, les développeurs ont fait quelques efforts pour varier les plaisirs. Dans l’ensemble, on garde les bases instaurées. Quelques ennemies supplémentaires, de nouvelles armes, quelques balades dans des conduits d’aération, des déplacements en apesanteurs plus agréables, mieux pensés, et des dépressurisations de salles surprenantes, qui auront raison de vous en moins de 5 secondes !

Grosse production américaine, le nouvel opus de Visceral Games est quasi irréprochable sur la technique. Sans atteindre les étalons de la PS3 en matière de détails, les environnements sont encore plus encombrés d’objets et projectiles en tout genre. Les jeux d’ombres exploités avec parcimonie sont toujours aussi bien utilisés. L’animation est fluide à 2/3 chutes de framerate près, la caméra fonctionnelle, et la maniabilité sans faille.

Le soin apporté à l’ambiance sonore est toujours aussi appréciable. Les ouvertures de portes, sas et autres trappes d’accès sont l’occasion d’une petite montée de tension. Les bruits de déplacements, les respirations et cris des ennemies crédibles.

Nouveaux décors, nouveaux ennemies, nouveaux défis, mieux rythmé, mieux réalisé et avec un vrai scénario, Dead Space 2 a tout de la suite réussie. On regrettera juste une histoire qui peine à démarrer, l’impression de tourner en rond, et la peur qui s’efface au profit de l’action. Dernier défauts qu’on espère gommés pour la suite.
Reproduisant le schéma des Aliens, ce deuxième épisode est plus axé action que l’original. De plus, Visceral Games réussi à produire une œuvre accessible aux nouveaux joueurs comme aux fans du premier épisode, sans pour autant léser ces derniers, remarquable !

8/10

Note : incontournable pour les possesseurs de PS3, les éditions Special et Collector contiennent le remake HD de Dead Space Extraction aka Dead Space Zero, un très bon rail-shooter !

Étiquettes : , , , ,

Leave a Comment