Hanna (Joe Wright – 2011)

08/12/2011

Hanna, 16 ans, est une adolescente élevée dans la forêt d’une contrée neigeuse. Elle est rapide, agile, et très bonne chasseuse. Depuis son plus jeune âge, son père Erik l’entraine au combat et lui enseigne les langues étrangères.

On découvre rapidement qu’Erik, ex-agent de la CIA volontairement disparu, la préserve du monde extérieur et qu’elle ne connait pas grand chose de son époque.
Un beau jour, elle s’estime être prête à accomplir ce pourquoi elle a reçu cette éducation, et active donc un signal radio. Ce signal indique leur position à Marissa, l’assassin de sa mère. Elle va venir chercher Erik qui a quitte le domicile et laisse Hanna face à sa mission : venger la mort de sa mère. Un objectif qui l’amènera à voyager de part le monde et découvrir un univers qui lui est totalement étranger.

A partir d’un concept simpliste, Joe Wright nous prouve que l’on peut faire un superbe film. Dès les premières minutes, la mise en scène hape le spectateur. La découverte des personnages et de leur situation finit de nous conquérir.
Saoirse Ronan, Eric Bana et Cate Blanchett jouent à merveille, et leur personnage torturés sont un délice !
Les lieux visités et la manière dont ils sont filmés donnent au film un côté globe-trotter à la Jason Bourne fort sympathique. Le directeur de photographie a eu l’occasion de se faire plaisir et ça se voit.
Cerise sur le gâteau, la bande son produite par les Chemical Brothers sert vraiment bien le film et atteint son apogée lors du flashback clé du film.

Hanna est donc une très bonne surprise. Un film sans grande prétention, un très bon divertissement qui prouve que le cinéma américain peut sortir des clichés habituels de mise en scène et d’écriture. On le recommande chaudement !

8/10

Étiquettes : , , , , , , ,

One Comment

  1. […] Haywire n’est pas un film fait avec trois bouts de ficelle, il n’y a pas de fioritures, d’explosions et de gadgets à tout va. Juste du réel : quelques flingues, 10 téléphones et 2 logiciels. Pas du gros entertainment donc, Steven mise tout sur l’immersion du spectateur face à des coups qui font mal et des balles qui tuent. Des petites choses qui font de jolis bruits dans les oreilles, grâce à une très bonne sonorisation. On regrette de pas avoir une petite musique mémorable pour coller à cette aventure, comme l’avait si bien fait Hanna. […]

Leave a Comment