Metal_Gear_Rising_Revengeance-title

MG Rising Revengeance : un nouvel espoir

13/12/2011

Le deuxième événement du weekend dernier, c’est l’annonce de la reprise de Metal Gear Solid Rising par Platinium Games mais qui reste une Kojima Production. C’est certainement la meilleure chose qui pouvait arriver à la série, voire bien plus.

Le bushido selon Kojima
Si l’on revient sur la série des MGS, on a senti un auteur qui commençait à s’enfermer dans des codes et sa mythologie avec MGS3 : Snake Eater. Mythologie dans laquelle il a finit par s’embourber avec un MGS4 en décalage avec les productions de l’époque en termes de gameplay et une forte influence des Feux de l’amour, des rebondissement que même Yakuza n’aurait pas osé faire (enfin si mais ça serait mieux passé vu l’esprit de la série).

Kojima, le producer aveugle
Rappelons-nous du teaser original. Peu d’éléments de gameplay, Raiden et des pastèques. On voit que l’esprit du jeu sera très orienté sur le maniement du katana, un soupçon de folie japonaise via la découpe de fruit, mais des déplacements purement Metal Gear et un système de visée laborieux. L’histoire se plaçait entre les 2ème et 4ème volets de la série. Une contrainte scénaristique qui allait exiger une certaine gymnastique pour Hideo Kojima et dans laquelle il a peut être fini par se perdre. On vient par ailleurs d’apprendre que le projet avait été annulé plus tôt dans l’année. Ceux qui se posent des questions sur ce qu’il s’est passé auront sans doute quelques réponses mercredi lors de la conférence dédiée.

I’m a bit… blade !
Et maintenant voilà ce que donne le nouveau MGSR. Des déplacements rapides, un gameplay nerveux, de la découpe d’ennemies en un nombre complètement absurde de morceaux. On sent clairement la patte des nouveaux développeurs. A mi-chemin entre Bayonetta et Vanquish, on trouvera bientôt un jeu Metal Gear. Bourrin, le jeu ne fait pas dans la dentelle, et cerise sur le gâteau, ne se prend pas au sérieux. Et ça se voit jusque dans le titre, Metal Gear Rising : Revengeance. C’est long, ça ne veut pas dire grand chose, mais Platinium coupe la filiation avec l’arc Solid et s’approprie le sujet.

Everything’s gonna be fine, Chouchou !
MGR devient apparemment une série à part entière pour Kojima et l’on reverra peut être un jour revenir sur le devant de la scène l’épisode initial. Mais pour l’instant, ce reboot complet du projet avec une histoire se passant maintenant après les événements de MGS4 lui permet beaucoup plus de flexibilité scénaristique, n’ayant qu’un passif de ces personnages à gérer, il peut prendre la direction scénaristique qui lui plait. On lui souhaite de pouvoir se faire plaisir. Pour le reste, Platinium semble avoir le control du projet.

Mercury Steam, l’héritage
Autre point. On a découvert ce que pouvait donner un jeu Kojima dans lequel il intervenait peu avec Castlevania. Une nouvelle interprétation, assez libre, qui fera toujours débat parmi les fans, mais qui a permis aux joueurs d’obtenir un produit qui a clairement eu les moyens de ses ambitions. Une voie qu’il faut continuer d’explorer, et une pratique que l’on aimerait voir plus souvent.

Le roi du monde
Hideo dispose maintenant d’une grande liberté scénaristique et d’une équipe de développement volontaire (ils se seraient apparemment proposés spontanément pour reprendre le projet), talentueuse et décomplexée. Bref, tous les ingrédients sont réunis pour en faire ce qui pourrait être le meilleur Kojima depuis bien longtemps. Il peut maintenant se concentrer sur ce qu’il a toujours réellement voulu faire, de la réalisation, sans avoir a gérer autre chose que du scénario et de la mise en scène. Son job si longtemps rêvé. Un des plus grands producteurs de jeu vidéo s’associe donc à une des équipes les plus respectée du jeu japonais moderne.

Winter is coming
La collaboration avec un studio local est un événement important après trois ans durant lesquels les grands éditeurs japonais n’ont cessé de se focaliser sur la création de productions occidentales allant même jusqu’à créer ou employer des studios étrangers. Le tout soutenu par les plus influents tel Keiji Inafune. MGR pourrait donc être un tournant dans la stratégie des éditeurs japonais. On se prend déjà à rêver : toute l’industrie du pays revigorée, combative et prête à dominer le monde.

C’est ici une combinaison fraîche mais expérimentée qui pourrait aboutir à une « nouvelle » série aussi charismatique et japonaise qu’a pu l’être Devil May Cry en son temps ! L’amorce d’une reprise de confiance au pays du soleil levant ? Et pourquoi pas !

Étiquettes : , , , , , , ,

2 Comments

  1. […] Metal Gear Rising : le trailer du VGA […]

  2. […] MGSR a frôlé la mort fin 2010 à cause d’un game design trop léger. Comme avancé dans la réflexion de mardi dernier, le changement de période a été choisit pour une plus grande liberté scénaristique. Cela […]

Leave a Comment