ninja-gaiden-3

Ninja Gaiden 3 (Team Ninja – 2012)

12/10/2011

Dans le cadre de notre série Back from TGS, aujourd’hui à la barre : Ninja Gaiden 3 !

Après plus de 2 ans de pause et un interlude chez Nintendo, la Team Ninja revient sur le devant de la scène avec un nouvel épisode des aventures de Ryû Hayabusa. On se souvient de Ninja Gaiden 2 qui trocait une partie de son sang pour plus de seins, et de son orientation plus grand public avec une difficulté revue à la baisse. La tendance s’inversera-t-elle ?

Ce nouvel épisode démontre une réalisation technique à la hauteur des consoles de cette génération. Le doute subsiste pourtant sur la puissance du moteur graphique, la faute à un brouillard très présent qui réduit considérablement la profondeur de champ.
Le gameplay est toujours aussi nerveux. Une caméra assez dynamique et assez proche du personnage met bien l’action en valeur, voire parfois au détriment du gameplay. Ce point est d’ailleurs encore plus gênant dans le cadre de l’utilisation du système de lock, qui n’est pas suffisamment bien conçu pour permettre une jeu agréable dès qu’un ennemie armé d’un lance-roquettes nous prend pour cible.
Côté jouabilité on retrouve globalement ses marques. Certains combos s’affichent à l’écran, quelques QTE sont présentes.
On note la présence d’un système de régénération permettant de récupérer sa vie en appuyant sur 2 boutons. Une fonctionnalité bien utile dans le cadre d’une démo où les ennemies retord sont légion. Mais une fois dans le canapé, on espère que cette ajout de sera disponible qu’en mode easy, histoire d’inciter le joueur à profiter pleinement du gameplay.
La démo permettait de se faire la main sur quelques vagues d’ennemies avant d’affronter une araignée mécanique dont les attaques étaient plus violentes graphiquement que meurtrière.

Ninja Gaiden 3 est donc à placer sous le signe du Japon : entre modernité et tradition. D’un côté on assiste à un retour aux sources avec moins de boobs et plus de sang. De l’autre on sent la série s’engouffrer dans les enfers de la casualisation. Une preuve supplémentaire du manque de confiance des créateurs japonais qui tendent à l’occidentalisation de leurs productions.

Étiquettes : , , , ,

Leave a Comment