PixelJunk_Shooter2

PixelJunk Shooter 2 (Q Games)

07/03/2011


Retour vers le Shooter 2

PixelJunk Shooter 2 (PJS2) est la suite logique de PJS. Jusque là pas de surprise. Même style graphique, même vaisseau, même mécanique de jeu, nouveaux décors, nouveaux ennemies et quelques pouvoirs en plus. La suite facile ?

Que nenni, serial gamer ! Car si PJS2 propose bien des variations telles que la Coque Croque pour se faire un chemin dans la roche, ou de nouveaux gaz et liquides toxiques suffisamment dangereux pour réduire un vaisseau en poussière en quelques secondes, les développeurs de chez Q Games nous ont concocté une surprise de taille.

Et cette surprise, c’est la difficulté. C’est bien simple, la première itération de la série vous paraîtra une ballade de campagne comparée à ce qui vous attend. Car si le premier PJS s’inspirait de Astéroïd et Choplifter, cette suite n’hésite pas à prendre exemple sur des shooters des années 90. Les nouveaux ennemies et boss ne se contenteront plus de quelques tirs, mais vous enverrons littéralement des vagues de tirs, boulettes et autres projectiles à composante élémentaire. Ici pas de tuto de démarrage pour se remettre en jambe : un court récap de l’histoire pour se rafraîchir la mémoire et on plonge dans l’action. Autant vous prévenir que les morts seront nombreuses, très nombreuses. En particulier pour les accro du 100%, sésame vers la fin complète du jeu, qui se maudiront de devoir refaire quasiment chaque niveau pour une malheureuse pierre précieuse oubliée.

Heureusement que le hip-hop aérien de High Frequency Bandwidth est de la partie. On notera l’influence de Nujabes sur certaines compositions.

Autre nouveauté : l’ajout d’un mode en ligne, simple mais instantanément addictif. Un versus où un vaisseau doit sauver un maximum de personnes pendant que l’autre a pour objectif de le détruire. Pour pimenter la partie, divers bonus de vaisseau, armes, malus de contrôle sont disponibles en magasin. Les achats se font via la devise locale, l’argent se gagne via les victoires ainsi qu’un système de paris sur des matchs « de ligue ».

PixelJunk Shooter posait les bases, sa suite s’enrichie intelligemment pour l’élever à un niveau qui ravira les amateurs de shmups. Un indispensable pour ceux qui connaissent la série. Pour les autres un passage par le premier opus est conseillé. Et à 8€ les quelques heures de fun, on aurait tort de bouder son plaisir !

8/10

Leave a Comment